Décaissements empreints de favoritisme. Infrastructures non conformes aux normes. Travaux de réhabilitation du fait de la non durabilité des ouvrages, modules de classe sans sécurité… Dans certaines communes du Bénin, l’utilisation faite des fonds FADeC destinés aux infrastructures scolaires est entachée d’irrégularités dont les conséquences menacent l’école.  Spectacle désolant à l’école... Lire plus
Bien que la gestion des gares routières soient passée entièrement entre les mains des communes, le... Lire plus
Le Président de l’Association des Grandes Ecoles, Instituts et Universités Privés du Bénin, Dr.... Lire plus
 Établissement des cartes d'identité cause des difficultés aux citoyens depuis l'entrée en vigueur... Lire plus
La troisième édition de la Gaani, fête traditionnelle des Bariba, a été célébrée ce 30 novembre... Lire plus

Dans la zone de l’Atacora précisément de Matéri une cérémonie d’initiation appelée KOUDHOUN est organisée quand les jeunes se sentent prêt pour devenir hommes adultes. Cette cérémonie est une importance capitale et il est obligatoire de le faire pour le respect de la tradition et pour aussi éviter de subir les conséquences qui en découlent. L’initiation des jeunes chez les Berbas appelée Koudhoun permet à ces derniers de prendre des responsabilités dans la société. C’est après cette initiation que les jeunes hommes ont droit de se marier ; la femme ne t’obéira pas. Tu es considéré comme un enfant.  Tu n’es pas respecté ; n’as pas droit à la parole devant les grands ; n’as pas droit d’assisté à tous les cérémonies ; ni de servir à boire a certaines cérémonies. C’est dans cette logique que Raphael SAMBIENI professeur de mathématique a Matéri affirme : « chez les Berbas, cette initiation est très importante. Elle permet à tous jeunes de grandir, de prendre des décisions responsables ». A la différence d’une femme mariée, cette cérémonie se fait chez son mari. SAMBIENI Raphael ajoute : « l’initiation de la femme n’est pas chose facile. C’est souvent une grande fête quand l’homme a des moyens ». A l’instar de Raphael, Monique KOMBETTO ménagère a Tanguiéta explique : « il est nécessaire de faire cette cérémonie parce que celui qui n’est initié est enseveli dans le cimetière des enfants s’il venait à mourir quel que soit l’âge qu’il aurait eu avant sa mort étant considéré comme un enfant ». Elle ajoute : « pour que son âme ne réincarne pas une mauvaise personne, certains ont souvent la chance d’être initié avant leur enterrement » 

Saba SANWEKOUA