Les organisateurs de la septième Rencontre des arts de l'oralité (RIAO) ont organisé ce vendredi 22 Octobre 2019 à 10h une conférence de presse pour marquer le lancement de leurs activités. Ladite conférence a eu lieu à la mairie de Parakou en présence d'un groupe d'artistes venant de 12 pays. Elle a pour objectifs la promotion et le renforcement de la diversité culturelle.

Le président du RIAO, Patrice Toton à l'ouverture officielle de la dite cérémonie, a affirmé que le RIAO a pour vocation"d'offrir l'accès à la culture aux populations, c'est de montrer le visage actuel des arts de l'oralité, de renforcer la cohésion sociale pour la promouvoir la paix, la diversité culturelle et le dialogue entre les cultures ". Les artistes artistes sont venus de plusieurs pays comme le Bénin,le Burkina Faso, la côte d'Ivoire,le Cameroun,la Guinée, la Tunisie,le Togo, Haïti,la France, la Slovénie, la Belgique et l'Allemagne.

La conférence de presse a pour but de mettre en lumière la programmation à suivre durant cette septième rencontre. Les 30 artistes dont 20 femmes et 10 homme parcourerons 09 neuf commune du Bénin avec des spectacles,des activités socio-éducatif et professionnelle.

La première édition du RIAO a eu lieu il y a dix ans. Mais depuis 3 ans plus précisément en 2016, d'autres associations se sont ajoutées au RIAO. Il s'agit notamment de IMERIO et TERE Culture. 

Le directeur du RIAO, Koudoussou Laourou, explique le choix de Parakou par le fait que depuis la création de IMERIO dont il est aussi l'initiateur, il a travaillé pour la promotion des arts et de l'oralité dans cette ville et y a déjà réalisé "un travail très remarquable".

Plusieurs thèmes ont été choisis pour animer ces activités socio-éducatives et professionnelles. Il s'agit, entre autres, d'une table ronde sur le leadership féminin, d'ateliers de formation et de visites de sites historiques. RIAO est organisé au delà de l'accès à la culture et de la diffusion des spectacles. Nous travaillons pour l'engagement citoyen, la défense des causes communes et la participation au débat citoyen, a précisé M. Toton. 

Cette septième rencontre commence à partir de 18h avec une caravane qui débutera de la place Bio guerra et chutera à la place Tabera. Il y aura aussi des danses traditionnelles comme le têkê. L'artiste parakois Barassounon et son orchestre Baatonu Beats Band et des artistes conteurs slameurs du Bénin, du Togo de la côte d'Ivoire du Cameroun et de la France vont aussi animer la journée.

La cérémonie de lancement proprement dite aura lieu ce samedi 23 novembre 2019 après le spectacle de contes, de slam et de  musique avec six pays d'Afrique et d'Europe accompagné par le groupe de musique Africa Vi à l'Institut français à partir de 20 heures.                     

Saba sanwekoua et Nimath Bio Salifou