Une délégation officielle de l’Institut des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (ISTIC) de l’Ouagadougou au Burkina Faso était en visite à IRSBAC.COM (Institut Régional des Beaux-arts de la culture et de la communication) de Parakou. Objectif premier découvrir cette université et ensuite nouer un partenariat entres les deux institutions qui forment toutes dans les métiers de l’audiovisuel et de la communication.

Ils sont  37 au total à avoir foulé le sol de la cité des kobourous après plus de dix heures de route. A leur tête, Zoumana TRAORE, représentant officiel de la directrice de L’ISTIC dans le cadre de ce séjour au Bénin. Parmi eux, on compte des étudiants en journalisme, en technique, des membres de l’administration de l’ISTIC et même des acteurs de la presse nationale du Burkina. A leur arrivée, ils ont été chaleureusement reçus par le directeur de L’IRSBAC en la personne du Dr. Julien  ATCHADE. Les formules d’usage terminées, un historique suivi d’une présentation générale du fonctionnement, des filières et des atouts  de cette université leur à été fait. Une université qui faut-il le préciser, est la seule autorisée par le gouvernement béninois en ce qui concerne la formation en journalisme dans le septentrion. Place à présent à la visite guidée des locaux.

De fond en comble cette délégation de l’ISTIC à découvert ce que « cachait cet immeuble qui en apparence ne reflète pas tout ce qu’il contient d’extraordinaire », en croire certains étudiants  burkinabè ayant effectués le déplacement. De la salle informatique à la radio école tout leur à donc été présenté. Mais leur stupéfaction était bien plus grande quand ils sont allés à la découverte du musée de la musique dans l’enceinte de cet institut. Un musée contenant plus d’une trentaine d’instruments de musique béninoise du nord au sud. Rappelons qu’il est le deuxième de son genre dans toute la sous-région après celui d’Ouagadougou.

La visite prendra fin bien plus tard par un débat durant lequel toutes les questions, remarques et apports divers ont été fait tant du côté de L’ISTIC que de L’IRSBAC. Quelques membres de la délégation ont été interrogés et selon leurs propos « c’étaient de très beaux moments passés en compagnie de leur frère béninois au sein de l’IRSBAC ». Ils espèrent revenir très prochainement, mais en attendant cap à été mis sur la radio deeman de Parakou et ensuite sur la ville de Cotonou pour bien d’autres découvertes.