A  l’occasion de la promotion des cultures traditionnelles, le maire de Natitingou  Antoine N’DAH invite tous les ressortissants de l’Atacora suite à une grande organisation du congrès appelé TIKPERE  qui s’est tenue du 20 ou 25 Novembre 2018 sur le site du marché TCHAKATIBAM  regroupant toutes les ethnies  du Nord profond dans le but de les valoriser.

Il s’est fait que plusieurs personnes ignorent la place qu’occupent nos cultures dans nos sociétés. C’est suite à ce problème que le maire Antoine  N’DAH décide d’organiser cette fameuse fête appelée TIKPERE afin d’attirer  l’attention  des autorités et des peuples  ressortissant de l’Atacora. A ce sujet écoutons N’DAH  J jean membre du comité d’organisation de TIKPERE « Nous sommes  à notre 2e édition si nous prenons  toutes les précautions c’est dans le but de rassembler et de faire réaliser à tous les ressortissants de l’Atacora l’importance de nos cultures traditionnelles dans nos sociétés. Suite à ces propos, d’autres membres de comité pensent différemment,  nous invitons presque tous les artistes à contribuer à la sensibilisation des peuples d’Atacora.

Rôle des cultures traditionnelles.

Dans nos sociétés, nos cultures occupent une place prépondérante que celles dont nous pratiquons de nos jours (cultures occidentales) .Ces cultures nous permettent de reconnaitre nos racines c'est-à-dire notre origine.

Sauver la culture traditionnelle par les nouvelles technologies.

La perpétuation des cultures traditionnelle contribue sans doute à maintenir la diversité culturelle dans le monde. Mais les cultures modernes ont aussi leurs diversités. Les pays développés  tiennent  particulièrement   compte du coté positif, estimant que les cultures traditionnelles ne sont pas immuables et progressent avec le temps. Pour sauvegarder et sauver les cultures  traditionnelles et entrainer leur innovation, il faut faire appelle aux sciences et technologies. Dans les échanges et les relations, il faut    non seulement sauvegarder la culture traditionnelle mais aussi agir de sorte qu’elle se mêle à la vie des habitants d’aujourd’hui. La culture  traditionnelle ne doit pas s’enfermer dans les musés, mais vivent parmi nous au XXI e siècle.

La protection des traditions : il faut commencer  par les jeunes.

Les cultures traditionnelles ne doivent pas se rompre dans la jeune génération .Que ce soit la protection des cultures traditionnelles ou la protection des cultures modernes. L’espoir est placé dans la jeunesse.

En sauvegardant la culture traditionnelle, met généralement l’accent sur les aspects extérieur et matériel de la culture, mais sur l’aspect intérieur. Nous devons incorporer la culture traditionnelle dans l’enseignement scolaire pour aider nos enfants a accepter les valeurs de la culture traditionnelle au cour de leur grandissement, de sorte qu’ils puissent ne pas laisser bombarder par d’autres cultures.

 

Raïssa N'TCHA